Compétition

Sur la table de la cuisine, le couvert est mis et un pot au feu fumant attend les convives. Affamée, NuméroBis s’installe rapidement sur sa chaise haute et me tend sa serviette. Dès qu’elle est parée, je la sers de quelques légumes refroidis qui viendront tiédir l’ensemble dans son assiette. Elle se régale et ponctue son repas de « mmmmh« . Son frère, lui,  fait la forte tête. Dans un premier temps, il décide de ne pas se joindre à nous, puis estimant que nous nous préoccupons trop peu de son auguste personne, s’essaie à l’énervement, au grognement. Son manège, hélas, fonctionne. Il est imité derechef par sa complice de deux ans. 

– Qu’est-ce qu’il y a, NumberOne ?

– …

– Tu ne veux pas manger ?

– …

– Mais réponds : quel est le problème ?

– Je VEUX du jus et des cornichons !

–  On ne demande pas comme ça. Comment pourrais-tu faire ?

– …

Tu sais, c’est facile. C’est la po-li-tes-se.

– Peu jus et chons, aplait ? (traduction pour les néophytes au dialecte NuméroBissien: « Mère, auriez-vous l’extrême amabilité de me servir en jus ainsi qu’en cornichons »)

– NuméroBis, c’est ton frère qui doit demander. Tu en veux aussi ?

– Voui…

– Alors NumberOne ?

 

Trahi par sa sœur, il se plie pour un temps aux bonnes manières, mais cet effort lui a coûté sa fierté et son énergie. Avec difficulté, il élève sa fourchette à la bouche. Bien que vide, ou tout comme, l’instrument effectue une valse hésitante entre sa destination prévue et une autre, le sol (sol déjà occupé par les ratés de NuméroBis).

Pour le stimuler, mon Demi parie sur l’esprit de compétition élevé de l’aîné. Quelques jours auparavant, cette tactique avait mis fin aux hostilités avec la victoire sur le fil de l’escroc :

– Alors, à ton avis, qui va finir de manger en premier ?

– Ben, toute façon, c’est pas une course hein !

 

Dommage… Même joueur joue encore !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

6 commentaires sur « Compétition »

  1. Ha je l’entends aussi, celle-là parfois…
    Genre on leur demande de se dépêcher un peu (les repas qui durent des plombes parce qu’ils ne veulent pas manger/rêvent/discutent (rayer la mention inutile ou en rajouter…), ça nous gonfle un peu, surtout quand il s’agit de gagner du temps pour ne pas monter au lit trop tôt…), mais à la fois quand ils se goinfrent, et qu’un dit à l’autre « j’ai fini avant toi-euh », on leur répond que ce n’est pas une course, mais qu’il faut quand même manger tant que c’est chaud…
    Tu as bien de la chance de réussir à leur faire manger du pot-au-feu, je t’envie…

    1. En fait, c’est simple , je leur explique que cette pomme de terre-là, c’est untel qui la ramassée et que la carotte c’est l »autre qui l’a arrosée. Valorisés, mis en confiance, ils mangent… enfin en principe !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s