À cœur ouvert

Cela faisait longtemps que son cœur présentait les prémices de ce qui s’est produit aujourd’hui. Il y avait eu quelques signes annonciateurs : sa respiration, forcée, pesante, trahissait les efforts qu’il devait fournir pour continuer, pour avancer. À plusieurs reprises, j’ai suggéré l’idée d’une consultation chez un spécialiste. À chaque fois, comme un fait exprès, sa santé, son esprit semblaient reprendre le dessus et endormaient mes inquiétudes. J’aurais dû être plus vigilante.

Lui qui faisait presque partie de moi tant je lui confiais mes pensées, mes errements, mes peines et mes joies, lui qui me soutenait sans un mot de réprobation, sans me juger, s’est éteint. J’étais à ses côtés quand c’est arrivé mais, distraite par l’arrivée soudaine de NumberOne et NuméroBis dans la pièce, je ne m’en suis pas aperçu de suite. Au départ, j’ai même pensé qu’il s’était tout bonnement assoupi ; cela arrivait et j’étais habituée. J’ignorais que j’étais à son chevet. J’ai tenté de le réveiller puis, n’y parvenant pas, prise de panique, j’ai appelé les secours. On m’a rapidement ouvert les yeux sur la gravité de la situation : le pronostic vital était engagé.

J’ai pris mes enfants et les ai serrés contre moi tandis que dans la salle attenante se déroulait l’opération de la dernière chance. Longuement, je me suis interrogée sur la conduite que j’aurai dû avoir avec lui, si mes visites quotidiennes ne l’avaient pas épuisé.  Plus tard, j’ai pu obtenir quelques éléments sur l’intervention : enfin l’espoir luisait au bout d’un tunnel de près de quatre heures d’attente et, bien qu’il soit trop tôt pour se réjouir réellement, il avait des chances de s’en sortir.

Quelques heures se sont écoulées encore et l’opération à cœur ouvert s’est achevée. L’intervenant est finalement sorti du bloc puis, à mots couverts, m’a annoncé que sans l’aide d’un spécialiste réputé qui avait prodigué ses recommandations à distance, ses efforts auraient été infructueux. Désormais, le patient était sauvé. Malgré cela, a-t-il ajouté, sa mémoire a été gravement endommagée. Après son rétablissement, il nous faudrait réunir tous les éléments pour lui remémorer ces souvenirs. Tout au long de ces heures, une pensée ne m’a pas quittée, elle est devenue volonté : je vais sauvegarder et archiver !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

20 commentaires sur « À cœur ouvert »

  1. Ah c’est malin ça !!
    j’étais déjà prête à te conseiller le dernier bouquin d’ Elie Wiesel sur son opération à coeur ouvert.
    Je vais plutôt te proposer le PC pour les nuls !!!!!!!

    😀

  2. dire qu’il a fallu une intervention d’urgence pour que tu ouvres les yeux !! raaaa la confiance en la machine !
    Et puis je suis d’accord avec tout le monde : tu es vraiment flippante parfois !

    1. Je pensais que la carte mère craquerait en premier (et c’est ce qui s’est produit), les données ont finalement été récupérées, mais ce fut compliqué.

      Sinon, j’envisage de mettre une icône façon CSA : « attention billet flippant »

  3. Je me suis quand même demandée de qui tu parlais, si je n’avais pas vu les commentaires… 🙂 les mots de fin ne m’auraient pas choqué pour une personne, je regrette de ne pas avoir eu le temps de sauvegarder et d’archiver plus que ça avec mes grands parents…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s