Complètement Barrés

Crédits

Comme le commun des mortels, je dois régulièrement pousser mon char jusqu’à une grande surface et m’armer d’un caddie si je ne veux pas voir les pingouins danser dans le réfrigérateur familial. Je prends habituellement mes précautions en évitant la caisse prioritaire mais il m’arrive parfois des coups de chaud dont je me passerais volontiers.

Depuis le début de cette année, je rencontre régulièrement des problèmes avec les codes-barres, tant et si bien que j’en suis parfois à me demander si je ne suis pas marabutée. J’en viendrais presque à regretter le temps où chaque article était scrupuleusement étiqueté et qu’au moment du passage en caisse, nous nous apercevions étonnés ou attendris selon que l’étiquette de l’huile se fondait avec celle du vinaigre ou lorsque le prix jambon s’était amouraché avec celui du fromage. À l’ère du tout numérique, nous devrions échapper à la quête du prix manquant. Que nenni, le gencod est fourbe, parmi des centaines d’articles, il s’en trouve toujours un dépourvu du label. Il se trouve par ailleurs que cet article m’est curieusement réservé. Cela va du set de table à la boîte de punaises en passant par le saucisson.

Ce jour-là, après avoir emmené NumberOne à l’école, je me dirigeai vers le temple local de la consommation. Alors que je traversais le rayon liquide, NuméroBis qui m’accompagnait fut prise d’une soif inextinguible. J’eus pitié de son état, ou plutôt probablement celui de mes tympans, et saisis l’une des petites bouteilles de jus de fruit disposées sur les gondoles. La loupiote étancha rapidement sa soif et je pus terminer mes emplettes en toute sérénité.

La tâche accomplie, je me suis dirigée vers les caisses et ai disposé le contenu du caddie sur le tapis, ainsi que la bouteille entamée. Au moment du passage de cette dernière, ça n’a pas manqué :

– Il n’y a pas de code-barres, vous pouvez me donner le pack ?
– Euh, non, j’ai pris une des bouteilles individuelles en présentation.
– Ah oui, mais là, y’a pas de code-barres. Si les bouteilles ne sont pas étiquetées, vous devez prendre le paquet au complet et voir ensuite avec la caisse-centrale…

En arrivant dans le rayon, aucune bouteille esseulée ne présentait le fameux gencod. D’une main rageuse, je pris le pack de mauvais jus de fruit et l’ai apporté à l’hôtesse de caisse. Consciencieuse, celle-ci a dûment retiré un exemplaire afin que les comptes restent justes. Après avoir réglé la douloureuse, dont le plus petit montant correspondait à l’ignominieuse bouteille, je me suis dirigée vers Raymonde à la caisse centrale.

Crédits

Dans un premier temps, elle m’a réitéré les propos de la caissière : je devais payer plein pot, d’autant plus ajouta-t-elle, sournoise, qu’il s’agissait sans doute d’un article déconditionné. J’avais le temps et vraiment pas envie de payer cinq exemplaires d’un jus que même NuméroBis avait trouvé infâme. Je souris à mon interlocutrice et lui fis part de la situation ubuesque : il était à peine 9 h 30 et le facing produit était loin d’être chamboulé par la clientèle en furie, par ailleurs il n’y avait aucune trace de cartons d’emballage. Elle prit son téléphone et joignit le responsable du rayon. S’ensuivit une réédition des explications qui, dix minutes plus tard me permit de repartir, sans les 5 bouteilles superflues mais avec un remboursement de 2 euros. Sur le parking, j’eus un petit sourire satisfait, avec l’illusoire impression d’avoir vengé ce bon vieux Pierre.

Édifiant, non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

8 commentaires sur « Complètement Barrés »

    1. Justement, ce n’était pas le bazar. Le rayon était clean, les produits placés et alignés. Peut-être aurais-je courbé l’échine si cela n’avait pas été le cas…

  1. OUAIS MAIS (oula je dois me calmer) c’est de la vente forcée le truc!

    Pour un truc infâme, tu m’étonnes qu’ils essaient de le fourguer par packs 😀
    T’as bien fait.
    BIEN FAIT!

    1. Merci 🙂 Mine de rien, ça leur a coûté « cher » : 20 minutes de caisse central + 10 minutes de responsable de rayon. Tout ça pour 2 euros. Évidemment, les plus chagrins pourraient penser que c’est aussi mon temps que j’ai perdu MAIS justement, j’avais du temps à perdre 🙂

  2. le temple local de la consommation : j’adore presque autant que ce très cher Pierre 🙂
    Bon moi j’suis bien embetée je ne peux pas trop faire ma peste au temple car comme je suis dans un village toutes les caissières me connaissent, mais bon y’a des avantages aussi !!
    Et puis quand ils en recrutent une nouvelle je lui fait son bizutage niak niak niak

  3. Il me semblait qu’ils n’ont pas le droit de ne vendre que les packs, à vérifier… bien je crois que je ne serais pas allée le chercher son pack moi, on aurait vu alors ce qu’il se serait passé mais je n’aurais pas bougé de la caisse 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s