Force 10 sur l’échelle de Beaufort

Il est des soirs où lorsqu’on les revoit, nos enfants nous abreuvent de paroles, parfois jusqu’à la lie. Il est des jours où ils nous accueillent avec un air renfrogné, fâché de devoir délaisser les copains, les jeux, les jouets que le lendemain réunira. Il en est d’autres où ils nous ignorent comptant sur une sénilité précoce de notre part qui nous ferait repartir avec leur voisin de table.

Il fait encore clair quand, ce jour-là, je me rends à la garderie. Le temps insuffisamment clément empêche les loupiots de profiter du terrain de jeux à l’extérieur. Je les rejoins concentrés dans une salle dont l’entrée devrait afficher « port du casque anti-bruit obligatoire ». Outre le bruit, la pièce est un condensé d’effluves oscillant entre les égouts (probablement les toilettes proches) et le renfermé. J’adresse un sourire de compassion aux animateurs et repère immédiatement mon loupiot en pleine bataille navale avec un collègue. Il trouve un remplaçant pour finir la partie et je repars au bord de l’asphyxie, NumberOne sur mes talons.

Dans le sas d’accueil, une dizaine de parents sont présents, attendant que leurs rejetons saisissent leurs manteau et cartable. C’est à ce moment-là que NumberOne décide de m’entretenir d’un sujet qui le préoccupe au point qu’il lui est absolument nécessaire d’en informer le quartier :

– Tu sais, Maman, je n’ai pas arrêté de péter aujourd’hui !

– Ah oui ? Allez, tu files prendre ton blouson et nous rentrons, nous sommes pressés.

Bien entendu, déçu du peu de réactivité et d’enthousiasme de sa génitrice sur cette information capitale, il réitère son propos, décibel puissance 10 :
– MAMAAAAN, TU SAIS QUOI ? JE N’AI PAS ARRÊTÉ DE PETER AUJOURD’HUI !!!

Nous sommes partis en coup de vent… Évidemment.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

14 commentaires sur « Force 10 sur l’échelle de Beaufort »

  1. Effectivement, le blog de cuisine, ce n’est pas pour tout de suite… qu’est-ce que tu lui as fait manger à ce pauvre petit ?

    Sinon, j’aime bien ta description de la crèche, j’ai un cousin qui élève des cochons, c’est pareil… et j’adore la dernière phrase.

    1. Non Môssieur ! Ce n’est pas ma cuisine qui a incommodé ce jeune homme (ainsi que ses compagnons d’arme). Il dîne vers 19h, il avait largement le temps de digérer le repas précédent la fatidique journée…

  2. Très belle description de la garderie, j’ai l’impression d’y être…

    Mais dis moi, l’odeur d’égouts que tu as senti en entrant n’était pas plutôt due aux flatulences de ton fils?

  3. J’ai cru lire « Force 10 sur l’échelle du Raifort »
    C’était juste pour mentionner le fait.
    Parce que le reste, bien sûr, c’est du nanan!

    1. J’hésite vraiment entre ça (mais j’accuse, sans honte, la tambouille du jour en provenance directe de la cantine, donc plus de la moitié des marmots étaient atteints), les toilettes et la pièce confinée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s