Poussières d’atmosphères

C’était la Saint Patrick et j’errais de rade en rade. Dans l’un d’entre eux, j’avais observé des hommes, en complet gris, aux aguets malgré les rideaux en dentelle qui dissimulaient une partie de la clientèle à l’extérieur, l’œil soupçonneux (l’autre devait réfléchir, probablement)… Je n’y étais pas restée longtemps : l’arrivée des perdreaux avait provoqué du grabuge, le cafetier avait alors mis un terme à la soirée et les silhouettes à borsalino s’étaient fondues dans le brouillard.

Plus tard, dans l’estaminet suivant, des ouvriers à la casquette bleu délavé avalent leur p’tit noir encore brûlant tandis que la tenancière au comptoir, et à l’accent chantant de titi parisien, commente les dernières nouvelles du jour. Le zinc qu’elle brique sans relâche brille et, dans le reflet, on peut deviner les alcools proposés.  Malgré le brouhaha de l’endroit, j’entends des enfants qui jouent un peu plus loin.  Leurs rires, si tôt dans la journée, m’intriguent et je tente de m’approcher pour découvrir leurs visages. Je sors alors du troquet et les cherche du regard quand un « MAMAN ! » attire mon attention. Je ne les vois toujours pas mais cet appel m’est impérieux. Je dois les rejoindre.

– MAMAAAAAAAAAAAN ! MAMAAAAAAAAAAAN ! 

Je regarde mon téléphone : il est 7h00.

– MAMAAAAAAAAAAAN ! 

Je grimpe l’escalier qui sépare ma chambre de celle de l’aîné.

– Oui, NumberOne, qu’est-ce qu’il y a ? Tu sais, c’est trop tôt pour se lever, c’est la nuit encore un peu.

– Maman, je ne vois rien, je réussis pas à voir !

– Ça mon grand, c’est parce que tu as les yeux fermés. C’est toujours difficile de voir les yeux fermés. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

16 commentaires sur « Poussières d’atmosphères »

  1. Faut pas leur filer de Guiness à cette âge là, y’en a que ça rend aveugle, comment veux-tu qu’il puissent réfléchir ensuite ? ;-D

  2. Alors NE RIS PAS (et les autres, c’est pareil)
    :

    Je fais un rêve récurrent, quand j’ai trop bouffé le soir.
    Je rêve que je dois absolument échapper à un truc AFFREUX, je n’ai jamais su ce que c’était, mais dans le rêve, je suis terrifiée.
    Mais le truc encore plus terrifiant, c’est que dans le rêve, IMPOSSIBLE d’ouvir les yeux. Je force, je force, je vois à peine, mes paupières pèsent des caisses et je vois de biais (si).
    Et en fait, c’est juste parce que comme je dors, forcément, dans le rêve, bah j’ai les yeux fermés quoi.

    On devrait avoir le droit de dormir les yeux ouverts.

    Enfin perso, ça m’éviterait de me réveiller assise dans le lit en hurlant, le cheveu noué en boule, et la perlade sur le front quoi.

    Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s