Au turbin

Quand j’étais enfant, nous longions toujours la même biscuiterie sur la route des vacances. Nos déplacements nous menaient rarement vers elle, malgré les vingt petits kilomètres la séparant du domicile parental. Pourtant chaque année, et quelle que soit l’heure de notre passage, dès que nous approchions l’unité de production, mon père ralentissait ostensiblement la voiture et chacun d’entre nous se hâtait de baisser sa vitre. Un parfum de biscuit chaud envahissait alors l’habitacle et nous respirions l’appétissant fumet avec délice.

Bien des années plus tard, je claque la portière de ma 4L et m’apprête à pénétrer pour la première fois au cœur de ce site. Cet été-là, les fragrances sont plus fortes et j’ai un haut-le-cœur en entrant : une bouffée oppressante aux arômes mélangés de biscuit, chocolat et vanille me fait l’effet immédiat d’une indigestion. J’avance néanmoins jusqu’au service du personnel où l’on m’oriente vers le contremaître. Après un bref détour aux vestiaires où je dépose mon sac et mes clefs, il m’accompagne à mon poste : manutentionnaire sur l’une des chaînes de production. S’ensuit une formation de quelques minutes et me voilà, tel Charlot s’escrimant dans les Temps Modernes.

Aujourd’hui encore, je me souviens de la mixture constituée de poussières de biscuits et de graisses qui jonchait le sol glissant sous les baskets. Désormais, quand mon itinéraire mène à proximité de l’usine, je veille à couper la ventilation. Certaines madeleines de notre enfance ne sont pas de bon goût.

Chaque mercredi, la joyeuse troupe des premières fois composée de ZetteMHFCathyPapilucMentaloLilithJoufflettel’Herbe folleLaurent,et depuis cette semaine Clemlamatriochka, Cerysettedesbois… se réunit pour disserter sur un sujet défini ensemble. Le thème de cette semaine : « Anecdote de travail ».

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

24 commentaires sur « Au turbin »

  1. C’est toujours fort les odeurs d’usine, je me souviens de celles de Mamie Nova. Je n’ai pas mangé de yaourt pendant plusieurs mois…

  2. Ah purée, ça me fait pareil avec les bonbons à l’anis tous ronds et blanc qu’on vend encore par sachet de 10 kilos en Espagne > VOMITO.

    1. Bienvenue ici et dans la tribu des Premières Fois, Cerysette !

      J’ai un souvenir équivalent avec le chocolat (suite à une visite dans une unité de fabrication, je n’en ai plus consommé pendant une petite vingtaine d’années).

  3. Oh bah merde, moi qui pendait que je ferais couler l’usine à bosser dans des endroits comme ça ! Faut croire que ça dégoûte plus qu’autre chose O_O

  4. La chutte d’un mythe . Sur mon lieu de vacances moi je croisais une usine à cigarettes ,l’odeur du tabac blond était merveilleuse.bark !

    1. Les usines de pâtes à papier peuvent être extrêmement polluantes pour l’environnement (je pense notamment aux effluents richement chargés en produits toxiques). Je ne savais pas qu’elles émettaient une odeur de choucroute, ça se tient ceci dit, l’odeur de fermentation de pâte j’imagine !

  5. Le fossé entre le rêve et la réalité … À la pâtisserie Lenôtre, il y a quelques années, ils laissaient les employés manger ce qu’ils voulaient. Dès le troisième jour, ils ne se servaient plus.

  6. Par ici, il y a une usine qui fabrique de la levure, certains jours ça sent le levain a des km à la ronde. Depuis j’ai arrété de fabriquer mon pain!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s