Nuit blanche pour bulles d’encre

Incrédule, je regarde la feuille A3 que vient d’afficher le professeur de dessin. Sur la page listant les 850 élèves de collège, figure mon nom : je suis sélectionnée avec dix-neuf autres pour le voyage à Angoulême. Moi. Je ne sais pas dessiner (vingt ans plus tard, hormis un escargot, un bateau et un bonhomme bâtons, je ne sais toujours pas), mais j’ai une petite idée sur ce qui a plu à ce cher enseignant : le message (peu avant le concours, il nous avait fait un laïus sur Amnesty International et ce fut le sujet de ma planche pour ce concours).

Le jour J arrive. Entassés cinq heures dans un car, une vingtaine d’élèves et quatre accompagnants arrivent enfin au festival. Nous sommes lâchés dans le hall du parc des expositions avec instruction de nous retrouver pour le déjeuner. Au cours de cette journée, nous croiserons un Jack Lang, en campagne pour sa rose, qui saluera chaque bipède en âge de voter ou non, nous verrons un Soleil Vert, Qui veut la peau de Roger Rabbit (et nous dormirons le lendemain devant Métal Hurlant) au cinéma et demanderons d’innombrables autographes à des dessinateurs qui refuseront d’apposer signature ou dessin à des gamins sans la moindre BD sous le coude.

Nous reprendrons le car, le soir, pour bivouaquer dans un gymnase que nous partagerons avec d’autres élèves. Installés sur des lits de camp, nous entendrons le couvre-feu intimé par les adultes qui s’installeront dans une pièce annexe. Nous poursuivrons nos discussions malgré les réguliers rappels à l’ordre de l’autorité. Finalement, c’est le geste désespéré de l’un d’entre qui aura raison de nous tous. Pensant s’introduire en toute discrétion, il installera un perroquet qu’il déguisera d’un manteau et d’un chapeau. Le fou-rire qui suivra nous emmènera jusqu’au petit matin.

J’aurais pu également évoquer la seule Nuit Blanche vécue sur Paris, mais là rien à faire, c’est le trou noir.
Chaque mercredi, la joyeuse troupe des premières fois composée de ZetteMHFCathyPapilucMentaloLilithJoufflettel’Herbe folleLaurentClemlamatriochka, Cerysettedesbois, Léia… se réunit pour disserter sur un sujet défini ensemble. Le thème de cette semaine : « Première nuit blanche ».

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

10 commentaires sur « Nuit blanche pour bulles d’encre »

    1. Très sympa. Il était plutôt chouette cet enseignant. Avec le recul, je me demande s’il n’avait pas installé « l’épouvantail » sciemment, pour nous faire rire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s