La muse et moi

Il fut un temps où j’écrivais un billet chaque jour. Les mots dansaient, s’ajoutaient presque par magie sur la page. Puis, un triste jour, l’inspiration est partie. Avec une âme douce, elle s’est envolée. Les sujets restaient pourtant toujours présents, mais les mots refusaient de se coucher sur cette page obstinément blanche. Une grève des mots qui camouflait les maux. A bout de souffle.
 
L’inspiration est une salope, une allumeuse. Telle une anguille, elle s’échappe aux moments propices pour mieux nous surprendre ailleurs. Quand bébé pleure, quand vient l’heure de la préparation du repas, quand la maison est emplie d’invités… Elle fait son apparition. La mienne ressurgit essentiellement quand je conduis.Telle une belle-mère envahissante, elle pousse le vice à se manifester quand je suis en retard. Perfide, elle hait le réchauffé, et pour peu que j’ai la présence d’esprit de lancer le Dictaphone présent sur l’iphone, elle se dérobe à nouveau. L’inspiration a besoin du léger cliquetis que fait le clavier sous la danse de mes doigts. Elle se refuse aux carnets que je tente pourtant de garnir, quelques mots y sont jetés mais sans saveurs sans piments. Fades.
 
Alors ? Alors peut-être est-il venu le temps de refermer un lieu qui prend irrémédiablement de plus en plus la poussière ?
 
Publicités

14 commentaires sur « La muse et moi »

  1. Mais euh?
    Je connais trop bien ces mots qui se bousculent au plus mauvais moment et qui sont tout fades une fois le moment venu. Alors je me force à me remettre dans l’état où ils se pressaient dans ma tête, parfois, parce que j’estime que ça en vaut le coup. Parfois pas.
    Fais comme tu veux… (mais reste pas loin)

  2. Il fut un temps où je te lisais chaque jour et depuis… je discute avec toi (presque mais ne faisons pas les radines) chaque jour. Qu’elle revienne ou pas ta muse, je lui dis déjà merci. Mais j’aimerais bien qu’elle revienne, c’est certain. Parce qu’elle a du talent !

    Je te propose un compromis : tu laisses la porte entrouverte, au cas où elle revienne et la poussière ne pourra pas s’installer (une porte entrouverte, ça fait des courants d’air, c’est bien connu).

    Bises très chère !

  3. Ok, je commente 4 mois plus tard.. Peu importe que ça prenne un peu la poussière, je suis pas maniaque tu sais ;). Et quand l’inspiration reviendra je serai là!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s